Courir en pleine nature

4 BONNES RAISONS D’ALLER COURIR EN PLEINE NATURE

Pourquoi aimons-nous la course à pied ? Pour le sentiment de liberté que cela nous procure, mais aussi parce nous pouvons nous entraîner n’importe où ! 

Mais entre la rue et les sentier en pleine nature nous avons fait notre choix et on vous explique pourquoi.

1. RELÂCHEZ LE STRESS ET ADMIREZ LA NATURE

Après une journée passée au bureau ou au cœur de la ville, le meilleur moyen de relâcher les tensions est d’aller courir dans une forêt silencieuse. Videz votre esprit en écoutant les bruits de la nature et oubliez pendant un instant le bruit stressant de la ville.

2. FAIRE TRAVAILLER L’ENSEMBLE DE VOTRE CORPS

La course à pied “en pleine nature”, appelée aussi trail est un sport beaucoup plus varié que la course à pied en ville.

Les variations du sol vont faire travailler chaque partie du corps :

  • les montées font travailler chaque fibre musculaire de vos mollets,
  • les descentes vont muscler vos cuisses
  • les irrégularités du sol vont solliciter votre sens de l’équilibre.

Sur ce type de terrain, rempli d’arbres, de racines et de cailloux, vous allez devoir apprendre à bien coordonner vos mouvements.

Conseil : sur les terrains très vallonnés, la plupart des coureurs de trail utilisent des bâtons de course pour venir à bout du dénivelé plus rapidement. Ils adoptent pour cela une technique similaire à celle de la marche nordique.

C’est une excellente opportunité de faire travailler le haut du corps et en particulier les épaules, le dos et même les triceps.

3. MÉNAGEZ VOS ARTICULATIONS

L’asphalte et les autres surfaces dures de la ville peuvent mettre votre corps à rude épreuve. Peu importe la qualité et l’amorti de vos chaussures de course, chaque foulée va considérablement solliciter vos os, ligaments, articulations et muscles.

Les sols plus mous, comme les chemins terreux vont amortir ces chocs et donc réduire l’impact sur votre corps.

4. RESSENTEZ LE PAYSAGE QUI DÉFILE DEVANT VOUS

Vous en avez déjà certainement fait l’expérience : vous courez sur une large route et vous n’avez pas l’impression d’avancer car tout se ressemble.

Sur les chemins de forêt ou de montagne parsemés de rochers, de racines et d’arbres en revanche, vous allez beaucoup mieux vous rendre compte de votre allure.

Huit minutes par kilomètre vont soudainement vous sembler très rapide.

Et après une petite phase d’adaptation, les racines et cailloux ne seront plus aucun obstacle pour vous.

Echange de lien intelligent - Récupérez des liens facilement et gagnez des positions sur Google

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *